Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/03/2010

La Lune

La Terre aurait pu mener une existence tranquille si, un beau jour (1), un énorme astéroïde ( env. 1000 Km de diamètre ), de plusieurs milliers de tonnes ( 4.12e+18 Tonnes pour un astéroïde de fer ), ne s’était approché à très grande vitesse (> Mach 30), attiré par le Soleil (2) depuis le fin  fond de l'univers. (Provenance présumée: Explosion d'une étoile lointaine)
Sa trajectoire aurait dû lui faire frôler la Terre.
Mais, les forces d’attraction aidant, une interaction était inévitable. Il obliqua vers la Terre, et sa grande vitesse l'empêcha d'entrer en collision, mais il survola la terre à peu de distance, et, après 1/2 tour, il se trouva suffisamment accéléré pour atteindre la "vitesse de libération" (actuellement = 11.186 Km/s). (3)  Il faut noter que son passage lui a fait perdre un peu de métal par échauffement et fusion partielle, pour le ramener progressivement à un diamètre de 766 Km. (voir le Calcul du noyau de la Lune) Il repartit alors dans la direction opposée à son arrivée. Puis, les forces d'attraction de la Terre et du Soleil le freinèrent pour, en fin de compte, lui faire décrire une orbite elliptique dont la Terre occupe l'un des centres. A chaque passage dans le nuage de débris qu'il avait créé autour de la Terre, il en récupère par accrétion une certaine quantité, ce qui le freine progressivement, augmente son diamètre, l'alourdit, et arrondit son orbite. (Si la masse augmente, la vitesse diminue (E = 1/2 mV²))
 Après un certain nombre de passages, il a fini par ramasser tous les débris, et son orbite est devenue celle que nous connaissons (pseudo-circulaire).
Nous l'avons appelé "Lune" (4) (voir le synoptique de la création de la Lune) (voir la coupe de la Lune actuelle)

Son passage sur Terre avait provoqué des dégâts très importants:

  • l'onde de choc qui le précédait a littéralement "soufflé" l'air, l'eau, la croûte, et le magma qui se trouvaient sur sa trajectoire. Il en est résulté une projection dans l'espace d'une énorme quantité de débris qui ont alors formé, autour de la Terre, un anneau d'astéroides. (5) (6)
  • la force de l’impact fut telle que la Terre se mit à tourner sur elle-même.  Sa vitesse de rotation devait avoisiner un tour en quelques heures !
  • la zone "ravagée" laissa apparaitre une gigantesque dépression où toute l’eau restante sur Terre vint s’engouffrer par gravité. 
  • l’eau, au contact du magma incandescent, se vaporisa jusqu’à la dernière goutte, laissant à nu toute la croûte terrestre.
  • le magma  refroidi par l'eau, commenca à se figer, rendant difficile le rétablissement rapide de l’équilibre sphérique.
  • cette vapeur d’eau, au contact du froid de la haute atmosphère, se condensa, retomba sur terre, descendit au fond du trou, se vaporisa en refroidissant le magma, puis se condensa,…etc...
  • il s’en suivit un déluge auprès duquel celui de Noé est à ranger  au rayon des farces et attrapes…..
  • par analogie avec les orages que nous connaissons, ceux de ce déluge étaient certainement accompagnés d’éclairs d’une intensité en proportion. Est-ce à ce moment-là que les acides aminés à l’origine de la vie ont fait leur apparition ? (7) (8).
  • cette pluie torrentielle creusa par ravinement des vallées de plusieurs kilomètres de profondeur. Ces vallées sont des points faibles qui seront à l’origine du morcellement en plaques tectoniques.

Quand toute l’eau, ou presque, fut retombée sur Terre, elle s’accumula en grande partie dans le trou , laissant émergé un continent, la Pangée, à l’opposé de ce trou.

Quant à l'astéroide satellisé autour de la Terre suivant une orbite initiallement elliptique, il attira à chaque passage des débris arrachés à la Terre, et se constitua, petit à petit, une "gaine" de matériaux et, ainsi, devint notre Lune.(voir plus haut)
L'accrétion de ces débris explique la présence de tous les impacts visibles à sa surface. Il ne faut pas oublier aussi les météorites que la Lune, dépourvue d'atmosphère, reçoit intégralement, alors que ceux arrivant sur Terre sont brûlés en passant dans l'atmosphère terrestre.
Quelle était la composition de cet astéroide ravageur ? Très certainement du Fer, matériau assez courant.  ( On le saura quand on aura fait un forage, sur la Lune, jusqu'au "noyau" ) (1355 Km)

Notes de Lune

(1) Certains pensent que cet évènement s’est produit il y a environ 200 Millions d’années. En effet, on arrive à ce résultat si on considère que le déplacement entre l’Amérique du Sud et l’Afrique au niveau de l’Equateur est de 5000 Km et que la vitesse de déplacement actuelle est de 2,5 cm/an dans cette zone. C’est supposer que la Dérive des continents a commencé de suite après la formation de la Lune, et que la vitesse de déplacement s’est maintenue constante du début à nos jours. Ce qui n’est pas certain.
Un autre calcul: Actuellement, la rotation de la Terre ralentit de 1 heure en 200 millions d'années. Si on estime que ce ralentissement est resté constant, et qu'elle faisait 1 tour en 4 heures, elle aurait ralenti de 20 heures pendant 20 x 200 M.a = 4 Milliards d'années. Ce qui donne la date de création de la Lune ?

(2) voir http://www.astronomes.com/c1_solaire/p145_origine.html
et aussi http://www.astrosurf.com/macombes/fig13-1me.htm
Mais ces deux scénarios sont incompatibles avec un noyau lunaire métallique.

(3) Si, faute de mieux, on estime que les caractéristiques physiques de la Terre étaient les mêmes qu'actuellement, avec une vitesse de libération de 11 Km/s, le passage sur ce 1/2 tour de Terre se serait effectué en une demi-heure environ ! ( 20 000 Km / 11 Km/s = 1800 s, soit 1/2 heure)

(4) la densité des roches lunaires est d'environ 2,8 , alors que la densité moyenne de la Lune est de 3.344. C’est l’indication d’un noyau plus lourd, certainement métallique.  ( L'astéroïde ? )

(5) Après les retombées sur Terre des débris non satellisés, le volume de matériaux arrachés à la Terre est égal à celui constituant la Lune, hors noyau métallique, soit 1.965 e+10 Km3 (voir le calcul du noyau de la Lune)

(6) Cette hypothèse explique la présence des plateaux basaltiques, en Inde ou Afrique, de plusieurs Km², que l’on attribue, faute de mieux, à des éruptions volcaniques gigantesques. ( Il est à remarquer que les éruptions volcaniques ne créent pas des plateaux, mais des montagnes ). Cette forme tabulaire confirme la forme de la Terre avant la Lune, où le fond de l’océan unique était parfaitement plan et horizontal.

(7) Si une forme de vie existait alors, elle ne pouvait être qu’aquatique, et les chances de résister à ce cataclysme sont vraiment minimes.

(8)
voir http://www.dinosoria.com/naissance_vie.htm

-------------------------------------------------------

Page précédente (Saisons et Ensoleillement)

Lire la suite (Dérive des Continents)