Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/03/2010

v/f-1

Vrai ou Faux ?

Prologue

Cette série d'affirmations vraies ou fausses, et présentée "en vrac", a pour but de tordre le cou à certaines "vérités", qui, pour être maintes fois rabachées, même dans les manuels scolaires, n'en sont pas moins des défis au bon sens.


Les cours d’eau creusent des vallées
VRAI et FAUX

Canyon du Colorado Les cours d’eau tendent toujours vers un «profil d’équilibre», c’est-à-dire que la pente est fonction du débit.
Plus le débit est important, plus la pente est faible, et inversement. Près de la source, où le débit est faible, la pente est importante, tandis que vers l’embouchure, où le débit est plus important du fait des apports des affluents, la pente est faible Si une anomalie survient sur le parcours, par exemple un affaissement de terrain, le cours d’eau va déposer des alluvions. Si, au contraire, le lit se soulève, par le jeu des failles, l’eau va creuser la roche pour rétablir ce «profil d’équilibre».
Il va en résulter une « gorge ». cf. photo = Cañon du Colorado.
La plupart du temps, un soulèvement s’accompagne de fissures, que l’eau va mettre à profit pour faciliter son creusement (la Nature est comme l’homme, elle est « partisan du moindre effort »). Quand le profil d’équilibre est atteint, le niveau de l’eau au fond de la vallée est celui de la rivière d’origine avant le soulèvement, mais cet état stable est rarement atteint. Si on constate alors une plaine alluviale en amont de l’entrée de la gorge, et/ou un «rapide» en aval, ou une chute d'eau sur le parcours, c’est que le soulèvement est encore en cours.


Les Vents génèrent les courants marins
FAUX

Courants Marins Le ‘vulgum pecus’ constate que, lorsque le vent souffle de la mer vers la terre, le niveau de la mer est plus élevé que d’habitude. De là à en déduire que le vent pousse la mer, il n’y a qu’un petit pas vite franchi.
La vérité, c’est que le vent vient combler une dépression, et une dépression provoque une augmentation du niveau de la mer. Pour venir remplir ce volume additionnel, un courant d'eau se crée. Le vent crée seulement des vagues. Donc, son influence se limite à cette couche d’eau mise en mouvement. Si l’assertion était vraie, on pourrait dire, par réciprocité, que les courants marins génèrent des vents, ce qui, de toute évidence, est une absurdité. Lorsque le courant marin ne va pas tout à fait dans le sens du vent, on fait intervenir la force de Coriolis, qui « décale » de 90° Un bel exemple illustre ces propos : le Gulf Stream. Il s’écoule du Sud-Est vers le Nord-Ouest, le long de la cote Est-Américaine, alors que les Alizés au-dessus soufflent en sens inverse. Là, il faut faire intervenir deux fois la force de Coriolis !
Pour plus d’explications, voir : les-courants-marins.html


Les Volcans sont l’exutoire de la chaleur terrestre
VRAI et FAUX

Volcan Il est vrai que les volcans contribuent à refroidir le magma en répandant celui-ci à l’air libre. Mais ce n’est pas la chaleur qui fait s’épancher la lave.
Profondément à l’intérieur de la cheminée du volcan, la lave est mélangée à de l’eau (liquide malgré la forte température, grâce à la pression importante), provenant de l’enfouissement consécutif au phénomène de subduction marine. La densité du mélange est beaucoup plus faible que le magma et que la roche encaissante. Donc, une poussée importante provoque un soulèvement, et des fissures au travers desquelles le magma se fraie un passage qui deviendra bientôt une cheminée. La lave s'y engouffre. Au cours de la remontée, la pression diminue, l’eau se vaporise et, si la lave a une composition qui la rend fluide, elle s’écoule tranquillement. Si, au contraire, la lave est pâteuse, la vapeur d’eau sous pression projette cette lave sous forme de « bombes ». On a alors un volcan de type explosif.


Le Gulf Stream est issu du Golfe du Mexique
FAUX 

Polution dans le Golfe du Mexique Le Gulf Stream, c’est le « Courant du Golfe » (du Mexique ? )
La marée noire consécutive à l’incendie d’une plateforme de forage, le 20 Avril 2010, au large de la Louisiane, ne s’est pas étendue comme aurait pu le faire craindre un courant marin de l’importance du Gulf Stream. Le 3 Mai (soit 13 jours plus tard), le Monde titre ; « La nappe n’a pas encore touché les cotes américaines », soit 70 Km.. Le Gulf Stream se déplaçant à la vitesse de 5 Km/h minimum, la nappe aurait dû parcourir, en 13 jours, 1560 Km. C’est bien la preuve qu’aucun courant marin important n’existe dans le Golfe du Mexique, ni n’en sort (mis à part les eaux du Mississipi).

 


Le Gulf Stream risque de s’arrêter 

C’est déjà fait. Le Gulf Stream n’existe plus.
Le courant chaud venant de l’Antarctique remonte directement vers l’Europe. Supprimé aussi le Kuroshio (ou Kuro-Shivo) qui réchauffe le Japon., supprimé aussi le courant de Humbolt, au large du Chili, et dont les variations de débit provoquent le phénomène El Nino. Le courant froid Sud-Nord du Pacifique va se réchauffer au contact des îles Aléoutiennes, puis fait demi-tour pour traverser en force les détroits entre les îles de l’Océanie, etc…etc…Bref, un tissu d’âneries, résultat de la frénésie hystérique des partisans de La Circulation Thermohaline (à voir dans ce site).

 

La carte ci-contre est tirée du site :
http://www.global-greenhouse-warming.com/oceans.html

Evidemment, tout cela est FAUX
Entre les Tropiques, le Soleil, à son maximum de puissance rayonnée vers la Terre, échauffe l’air qui, plus léger, crée une dépression . Cette dépression, ajoutée à l’attraction du Soleil, et à l’évaporation, attire l’eau de mer dans un mouvement Est-Ouest, suivant ainsi le Soleil dans sa course. Mais ce courant finit par rencontrer un continent. Si les vents (Alizés) passent au-dessus, l’eau doit trouver une échappatoire. La seule solution, c’est de contourner l’obstacle, vers le Nord ou le Sud. Il se forme ainsi un courant qui tourne dans le sens horaire dans les bassins océaniques de l’hémisphère Nord, et en sens contraire dans l’hémisphère Sud. Le Gulf Stream fait partie du courant marin qui tourne dans l’Atlantique Nord.
Pour qu’il s’arrête, il faudrait que la Terre cesse de tourner, ou que le Soleil s’éteigne