Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/03/2010

La Circulation Thermo-Haline

Dans les années 1960, il est apparu, au sein de la communauté scientifique, un concept suivant lequel l’eau des océans ne resterait pas prisonnière d’un Bassin, mais circulerait d’un bassin à l’autre par un parcours profond et indépendant des courants de surface, Ces courants froids seraient générés par la plongée de l’eau de surface refroidie par les glaces polaires, et sur-salée par le gel de la mer. D’où les différentes cartes de notre Terre où chacun dessine ces courants hypothétiques au gré de sa fantaisie ou de son imagination.
Le GIEC nous gratifie du fruit de ses cogitations :
thermo.gif
La première constatation qui heurte le lecteur, c’est que les courants de surface (les parties « chaudes » du circuit, en rouge), ont des tracés totalement différents de ceux que des générations de marins, d’observateurs, et de scientifiques ont établi, et qui constituent une solide base de connaissances incontestables.

Toute modification majeure de ces tracés entraîne un discrédit quant au sérieux de cette conception.

 Et des modifications, il y en a beaucoup (trop) !

*/* Océan Atlantique :
- Disparition du Gulf Stream au profit d’un courant traversant la Mer des Sargasses pour aller faire demi-tour au large de la Norvège
- Le « transfert de chaleur » du courant du Labrador, les Canadiens s’en passeraient !
- Disparition du courant chaud des Açores
- Disparition du courant chaud du Brésil
- Disparition du courant froid du Benguela

*/* Océan Indien :
- Disparition du courant chaud du Mozambique
- Disparition du courant chaud des Aiguilles
- Inversion du sens de rotation général dans le bassin

*/* Océanie :
- Un courant majeur traverse les îles de la Sonde, ses étroits passages, et ses hauts-fonds

*/* Océan Pacifique :
- Disparition du courant Kuroshio qui réchauffe le Japon
- Disparition du courant froid de Humbolt, le long des cotes du Chili, et qui donne le phénomène « El Nino » quand il s’inverse.
- Disparition du courant circulaire du Pacifique Sud, baignant de chaleur la Grande Barrière de Corail de l’Australie
- Le courant froid venant du Sud passe-t-il au-dessus du courant chaud de surface ?

*/* Océan Austral :
- Apparition « ab nihilo » d’un courant froid qui vient croiser, sans mélange, le courant froid venant de l’Océan Atlantique. (y a-t-il là un « giratoire », ou des feux tricolores ? )
- Le « Courant Circumpolaire Austral » (encore un mythe !) serait-il un courant chaud, de surface? Les nombreux marins qui ont fait naufrage au large du Cap Horn ont certainement suffoqué de chaleur. !

- Etc…,etc…

Au vu d’une telle carte, il est difficile de prendre au sérieux les concepteurs de cette hypothèse.
Alors, Messieurs (et Dames) du GIEC, munissez-vous d’une bonne carte marine montrant les courants tels qu’on les connaît depuis toujours, puis bâtissez là-dessus votre hypothèse de courants profonds. Vous serez obligés de placer vos courants froids sous les courants de surface, et circulant dans le même sens. Vous en déduirez alors que c’est le même courant, qui est chaud en surface, et froid en profondeur. Le simple bon sens aurait pu vous amener directement à cette conclusion
Quant à la « Circulation Thermohaline » telle que vous la définissez, c’est une INEPTIE qui n’a JAMAIS EXISTE    CQFD.

THER-3.jpg Un dessinateur anonyme, (son nom, à gauche, est illisible) a voulu enfoncer le clou. Il a dessiné un monde en 3 D pour illustrer cette circulation profonde. Si les continents ont gardé à peu près leurs proportions, les profondeurs ont été exagérées d’un coefficient de 1000 (mille) environ. Pour rétablir la vérité, la profondeur des océans du dessin devrait se situer autour de 0.015 mm. Un trait de plume serait encore trop épais.
THER-3.jpg Ci-contre, le même planisphére tel qu'il doit être représenté. (cliquez sur les vignettes pour les agrandir).
Alors, dessiner des courants chauds et froids se croisant à différentes hauteurs frise l’impossible, ... et le ridicule.
De la géométrie, on dit que c'est l'art de raisonner juste sur une figure fausse. Mais, tout de même, à peu près juste ! Ici, nous sommes en géographie, il y a un air de famille. Mais, de là à raisonner (juste) sur une figure fausse à la puissance 1000, ce n'est plus possible !

D’autre part, Jean-Claude DUPLESSY (1) a daté l’age des eaux océaniques profondes au moyen du C14, et a établi cette carte :
age eau océans.jpg Peut-on raisonnablement penser que, s’il y avait un courant profond, l’eau pourrait y stationner aussi
longtemps, (jusqu’à 1750 ans, ou 2300 ans d’après IFREMER)
http://www.ifremer.fr/lpo/cours/dynamique/diapos/sld028.htm

Note
(1) Jean-Claude Duplessy est un spécialiste de la paléoclimatologie et de la paléocéanographie. Il a dirigé le Centre des faibles radioactivités du CEA-CNRS de Gif-sur-Yvette et s’est beaucoup impliqué dans les programmes internationaux d’étude du changement climatique global.

Jean-Claude DUPLESSY
91198 Gif sur Yvette cedex
E-mail = jean-claude.duplessy@lsce.cnrs-gif.fr

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------