Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/03/2010

Les Courants Marins

On admet généralement que les courants marins sont générés par les vents soufflant au-dessus des océans, entraînant de ce fait les masses d’eau. C’est peut-être vrai en surface, mais à quelques mètres sous le niveau de la mer, au dire des plongeurs, c’est le calme le plus complet. Les courants marins ne se limitant pas à une pellicule de surface, la théorie des vents entraînant la mer est fausse. Pourtant, vents et courants sont associés  Il faut donc trouver une autre explication.

Le Soleil  chauffe la Terre d’autant plus qu’il est haut dans le ciel ( équateur et zénith ). L’échauffement allège l’air qui monte du sol ( ou de la mer ) en altitude, ce qui se traduit par une dépression comblée en permanence par de l’air venant des zones adjacentes. Si le Soleil était fixe ( par rapport à la Terre ), la zone dépressionnaire serait le centre vers lequel convergeraient des vents venant de tous les côtés.
Mais le Soleil se déplace d’Est en Ouest, et avec lui la zone dépressionnaire ( 1 670 Km/H à l’équateur ). Les vents d’Ouest sont largement rattrapés, et annulés, alors que les vents d’Est n'arrivent pas à suivre. Les vent de Nord et de Sud son déviés vers l’Ouest. C’est ce phénomène qui crée les Alizés

Les océans subissent les variations de la pression atmosphérique. Le niveau de la mer s’élève sous une dépression (A), et s’abaisse lorsque la pression atmosphérique est élevée (B), ce qui crée un déplacement d’eau de B vers A. De ce fait, les courants marins semblent subir l’action des vents, alors que les deux actions ont la même origine, mais sont indépendantes.

En outre, les océans subissent l’attraction du Soleil, toujours au point (A), ce qui accentue le déplacement d’eau. Et pour compléter le phénomène, il faut prendre en compte l’évaporation, non négligeable dans les zones tropicales lorsque le Soleil est au zénith (presque 10 cm par jour, dans les meilleures conditions), évaporation qui va donner des pluies ailleurs, augmentant d’autant le volume du courant correspondant.

Dans la zone inter-tropicale de l'Océan Atlantique, là où le Gulf Stream est le plus chaud (jusqu'à 32 °), l'importante évaporation va donner des pluies dans les bassins du Mississipi, et de l'Amazone. Ces deux fleuves retournent dans l'Océan Atlantique. Mais, poussée par les vents Alizés, la vapeur d'eau, même non matérialisée par des nuages, franchit l'isthme de Panama, pour aller se déverser dans l'Océan Pacifique. Ce surplus d'eau, alors que l'Atlantique en manque, ajouté à la régression de la surface du Pacifique, ainsi qu'à la remontée de son plancher océanique, va contribuer à alimenter le Gulf Stream. Cette pluie abondante d'eau douce et chaude va rester en surface, ou, du moins, va mettre longtemps à se mélanger avec l'eau de mer. Ne tient-on pas là une bonne raison de la formation de EL Niño ?

-------------------------------------------------------------------

Page précédente (Dérive des continents)

Lire la suite (Le Gulf Stream)